Glossaire F-L

(Source : Précis de sémiotique littéraire, Paris, Nathan, 2000)

 vignetteviolet2.png  F  vignetteviolet2.png 

Figuratif, figurativité : Tout contenu d’un système de représentation (visuel, verbal ou autre) qui a un correspondant au plan de l’expression du monde naturel, c’est-à-dire de la perception. Les formes d’adéquation, façonnées par l’usage, entre la sémiotique du monde naturel et celle des manifestations discursives, font l’objet de la sémiotique figurative. Celle-ci s’inté­resse donc à la représentation (la mimesis), aux relations entre figurativité et abstrac­tion, aux liens entre l’activité sensorielle de la perception et les formes de sa mise en discours.

 

Focalisation : Procédure de débrayage cognitif qui détermine la position et le mode de présence du narrateur (ou de l’observateur). G. Genette distingue ainsi la « focalisation zéro » (narrateur omniscient, qui contrôle l’ensemble de la scène narrative, en sait plus que ses personnages, entre dans leur intériorité), la « focali­sation interne » (narrateur effacé derrière ses personnages, leur déléguant la prise en charge du récit ou de la description, n’en sachant pas plus qu’eux), la « focalisation externe » (narrateur extérieur au récit, ne donnant à connaître que ce que cette posi­tion autorise).  

 

vignetteviolet2.png  I  vignetteviolet2.png 

Isotopie : Récurrence d’un élément sémantique dans le déroulement syntagmatique d’un énoncé, produisant un effet de continuité et de permanence d’un effet de sens le long de la chaîne du discours. A la différence du champ lexical (ensemble des lexèmes qui se rapportent à un même univers d’expérience) et du champ séman­tique (ensemble de lexèmes dotés d’une organisation structurelle commune), l’iso­topie n’a pas pour horizon le mot mais le discours. Elle peut ainsi concerner l’éta­blissement d’un univers figuratif (isotopies des acteurs, du temps, de l’espace), mais aussi la thématisation de cet univers (isoto­pies abstraites, thématiques, axiologiques), et surtout la hiérarchie entre les isotopies de lecture (par l’identification d’un foyer isotopant qui régit les isotopies de niveau inférieur). Connectant des isotopies, les figures de rhétorique (métaphore, métony­mie, etc.) installent la coexistence tendue et éventuellement compétitive de deux ou plusieurs plans de signification simultanément offerts à l’interprétation. 

 

vignetteviolet2.png  J  vignetteviolet2.png  

Jonction : Concept opératoire et non défini de la syntaxe narrative, la jonction règle la relation d’état entre F actant-sujet et l’actant-objet. Elle se scinde en deux relations de base qui déterminent les énon­cés d’état : la conjonction (lorsque le sujet est en possession de l’objet) et la disjonc­tion (lorsqu’il en est séparé ou privé). Le passage d’un énoncé de conjonction à un énoncé de disjonction, ou inversement, engendre la transformation (le passage d’un état à l’autre) : celle-ci est assurée par un énoncé de faire (et par son sujet). L’ensemble de l’opération définit le programme narratif, unité syntaxique de base de la narrativité.

sciencejp |
SOS planète |
Mathématiques en Terminale S |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | adamfait
| La récupération est-elle la...
| ana112big